· 

La morphopsychologie

La morphopsychologie, également appelée psychomorphologie, est une méthode d’analyse psychologique basée sur les traits physiques d’une personne, notamment son visage, et éventuellement de l’évolution de ceux-ci dans le temps. On la doit à Louis Corman, pédopsychiatre français, qui a fondé la morphopsychologie en 1937. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages sur le sujet, notamment Types morphopsychologiques en littérature et Nouveau manuel de morphopsychologie. Si elle a souvent été décriée par la science, qui ne lui reconnaît pas de fondement, la psychomorphologie se révèle souvent pertinente si elle est utilisée à bon escient, par des professionnels ayant reçu une formation adéquate. Or, il existe encore peu d’écoles formant à cette méthode : il s’agit d’une activité encore méconnue. C’est pour cela qu’outre les nombreux outils et approches auxquels nous formons déjà, nous avons choisi d’élaborer notre propre formation en morphopsychologie, qui trouve parfaitement sa place au sein de notre cursus long de psychogénéalogie. Découvrez-en plus sur la psychomorphologie.

morphopsychologie-étude-visage

Le modèle de la morphopsychologie 

La morphopsychologie établit des liens entre la morphologie des visages ou du corps et des traits de caractère ou de personnalité associés - elle part du postulat qu’il existe une relation entre notre apparence morphologique et notre psychologie. Il s'agit donc avant tout d’une méthode d’analyse psychologique, basée à la fois sur la biologie, la physiologie et la psychologie, n’en déplaise aux défenseurs des sciences dites dures. Elle ne constitue pas, en soi, une thérapie et sert davantage à la compréhension de soi en tant qu’individu, de son rapport au monde… et des autres.

 

Selon cette approche, il existe notamment différents types de visages, et donc de manières de recevoir les informations et, plus globalement, de concevoir la vie : en somme, nous avons chacun une intelligence qui nous est propre, et celle-ci peut être décryptée par le biais de notre apparence et structure corporelle. Chaque structure physiologique correspond à un « type » d’individu - ce qui ne signifie pas qu’il s’agit d’une analyse simpliste et systématique de l’être humain, bien au contraire : le morphopsychologue s’attelle à détecter des différences morphologiques, comportementales et de personnalité précises et subtiles afin d’offrir une lecture personnalisée de notre être. Dans un premier temps, tout est passé au crible physiquement parlant : forme du nez, de la bouche, du front, des yeux, des oreilles ou encore de la mâchoire… notre tempérament et notre personnalité seraient détectables rien que par une étude attentive de ces éléments.

morphopsychologie-louis-corman

Les yeux et le regard sont considérés comme particulièrement importants en psychomorphologie, car ils constituent des récepteurs d’informations et sont donc porteurs de notre niveau d’ouverture aux autres, au monde, à notre environnement et en société… On dira ainsi d’un visage qui se “rétracte”, aux récepteurs peu ouverts (petits yeux, nez enfoncé, air fermé…) qu’il correspond à un tempérament introverti, réflexif et plutôt hypersensible. A l’inverse, un visage dit en expansion (grands yeux, front large, traits ronds voire charnus…) traduira plutôt un caractère extraverti, joueur et expressif.

 

Pour faire une étude précise du caractère de quelqu’un, il est donc malgré tout nécessaire de procéder à des classifications par “caractéristiques types” dans l’idée d’établir des “morpho types”.

 

Autre fait intéressant, la morphopsychologie s’inscrit dans la temporalité de la personne, et son histoire de vie : en effet, notre faciès comme notre corps passeraient par différents changements et évolutions en fonction de notre stade de développement (nouveau-né, enfant, adolescent…), mais aussi selon les éléments qui jalonnent notre vie et comment cela nous impacte. Autrement dit, notre structure intérieure (aspect « psycho ») se reflète systématiquement dans nos traits physiques - on parle ainsi de mouvements de rétraction ou d’expansion de certaines parties du corps, par exemple, en fonction de notre âge, du vécu associé et éventuellement de notre environnement (lieu de vie, entourage) à une période donnée. Cela expliquerait pourquoi il existe un nombre infini de visages, et que ceux-ci changent tout au long de notre vie, au même titre d’ailleurs que notre corps… Ainsi pourra-t-on observer une rétraction ou une expansion d’une partie de notre visage, ou un changement de morphologie même à un âge avancé.

 

La psychomorphologie possède de nombreux champs d’application possibles : scolaire ou professionnel (orientation, choix de carrière, changement d’activité, moyen d’action privilégié…), social (choix de l’entourage, rythme de vie et activités les plus adaptés, place dans la société…), intellectuel (quel mode d’apprentissage me convient le mieux ? Comment est-ce que je réfléchis ?), et, d’une manière générale, le développement personnel parce qu’elle permet une meilleure connaissance de soi, de meilleures relations aux autres, et donc, à terme, un mode de vie plus équilibré..

Notre formation en morphopsychologie

Chez Ellipsy, nous avons jugé pertinent d’inclure notre nouveau module en morphopsychologie dans le cadre de notre cursus long qualifiant en psychogénéalogie. Pourquoi ? Parce que la morphopsychologie a trait au vivant, à l’être au sens large, et n’est pas étrangère au concept de lignée et de génétique : en effet, les caractéristiques physiques et la structure morphologique sont également des héritages transgénérationnels et, en cela, sont autant de clés de compréhension dans le cadre d’une étude psychogénéalogique.

 

Ceci étant, le module de psychomorphologie peut être, comme la grande majorité de nos modules d’ailleurs, suivi « à la carte » afin d’accéder à un outil spécifique dans le cadre de votre pratique, ou à titre personnel. Il vous permettra de mener une évaluation pertinente de la psychologie de votre entourage, ou de vous-même.

morphopsychologie-caractères

Ce module abordera notamment des questions de biophysique et vous permettra de découvrir les fondements du modèle de la morphopsychologie : comment mener une réflexion juste et pertinente, répondant à la demande initiale de la personne en prenant en compte sa nature morphologique et comment celle-ci s’est construite en lien avec sa vie et son modèle du monde. Vous apprendrez à détecter la singularité des principaux récepteurs de tout visage humain : nez, yeux et bouche et comment ceux-ci modélisent la personnalité d’un individu, en prenant également en compte la forme du visage, le bâti osseux ou encore la tonicité musculaire de celui-ci. Au-delà de l’idée d’un « visage type », vous pourrez appréhender et analyser avec précision les traits physiques propres à chacun dans l’idée d’aider l’autre dans sa quête de développement personnel et d’expansion de conscience.

Tout ceci en vous rendant à la fois disponible, ouvert et non-jugeant en tant que praticien : vous apprendrez ainsi à créer un rapport de qualité avec vos clients afin d’établir une relation de confiance. En effet, il ne s’agit en aucun cas d’adopter une posture haute vis-à-vis de la morphologie de la personne en face de vous. Louis Corman a d’ailleurs créé la morphopsychologie selon le crédo suivant : « non pas juger, mais comprendre ». Vous aborderez les notions de visage ou de physique “équilibré”, mais dans une perspective à la fois analytique, aidante et bienveillante. Si le fait que la morphopsychologie relève des sciences reste à débattre, elle est, en tous les cas, un formidable outil de réflexion sociologique et d’ouverture à une approche atypique de la psychologie.

Comme toujours chez Ellipsy, votre temps d’apprentissage sera réparti entre apports théoriques et temps de pratique afin de vous garantir un enseignement équilibré et qualitatif en psychomorphologie. Consultez le détail de la formation longue qualifiante en psychogénéalogie.

morphopsychologie-résumé

ines-serizier-ellipsy

Au sujet de l'auteur :

 

Après un cursus en classes préparatoires littéraires (Hypokhâgne/Khâgne) et un Master II en Études médiévales, Inès Sérizier commence sa carrière en maison d’édition au Luxembourg. Elle poursuit ensuite dans ce secteur comme free-lance, tour à tour en tant que rédactrice, traductrice ou correctrice, ce qui lui permet de continuer à voyager (Australie, Tasmanie, Irlande). Désormais installée en Normandie, elle est aussi psychopraticienne en thérapies brèves et formatrice chez Ellipsy.


Écrire commentaire

Commentaires: 0