La Thérapie Brève avec le Cheval© :

le nouveau visage de la médiation équine !

l'interview de Victoria HERRMANI

thérapie brève avec le cheval, équithérapie, horse coaching, SFE, FENTAC, équicie, équithérapeute

A l’occasion de la sortie de son livre « Thérapie Brève avec le Cheval [1] », Victoria Herrmani, passionnée de chevaux, nous parle de cette nouvelle approche, qu’elle a conçue au fil de son expérience de Psychologue Psychothérapeute, experte en Thérapies Brèves. C’est aussi l’occasion de parler de la formation qu’elle propose, dans son organisme ELLIPSY [2] situé en Normandie, pour les futurs Praticiens en Thérapie Brève avec le Cheval.

 

Pourquoi avoir écrit ce livre ?

 

Je souhaitais formaliser ma pratique, et c’était aussi une façon de transmettre aux praticiens en médiation équine, qu’ils soient déjà formés, ou bien qu’ils soient encore en formation, la « magie » de la thérapie Brève appliquée au travail avec le cheval.  C’est vraiment une dynamique différente de ce qui se fait ailleurs  [3].

 

 

Quels sont les avantages de cette formation « Thérapie Brève avec le Cheval© » que vous proposez ?

 

-          Sa durée : le cursus est « compact », étalé sur 9 mois, soit 385 h, répartis en regroupements intensifs de 10 jours, et incluant une partie « stage pratique ».

-          Ses critères d’accès : pas de critères « à priori », on s’intéresse à l’expérience humaine : la motivation, une bonne expérience du cheval, un intérêt pour la relation d’aide sont d’excellents points de départ.

-          Son pragmatisme : dès l’entrée en formation, le stagiaire apprend des exercices et protocoles reconnus en thérapie brève pour leur efficacité, et des techniques d’entretien, lui permettant de bâtir des séances complètes. La formation donne accès au diplôme de « Praticien en thérapie Brève avec le Cheval© ».

-          Sa souplesse : nous proposons des entrées permanentes sur le parcours, et également la possibilité de suivre à la carte certains modules.

 

 

Qu’est-ce que la Thérapie Brève ?

 

Le courant des thérapies brèves est issu des Etats Unis, où il s’est développé depuis la fin des années 60. Cette approche propose une vision pragmatique de l’humain dans son contexte (systémie) et l’utilisation d’exercices et protocoles concrets. Le thérapeute invite son patient à effectuer des exercices qui mettent en scène ses difficultés. On s’intéresse à l’instant présent, et on cherche des solutions pour le futur. On prend en compte l’influence de la famille, du groupe sur l’individu, mais aussi la façon dont la personne vit avec ses croyances, valeurs et façons de penser. On utilise les différentes capacités du cerveau pour aider la personne à trouver ses solutions pour évoluer, en référence à la programmation neurolinguistique et à l’hypnose notamment.

 

 

Quel rapport entre la Thérapie Brève et la médiation avec le cheval ?

 

Le cheval dispose naturellement de qualités pour permettre de faire émerger le changement : il vit dans l’instant présent, il est authentique, il déclenche chez l’humain des émotions qui sont souvent au cœur du travail de la thérapie (résilience, empathie, crainte, résolution de problème, adaptabilité…). Il est un animal qui exige cohérence et « cadre ». Toutes ces notions sont à la base des Thérapies Brèves.

J’aime voir les personnes changer de séance en séance, et repartir à chaque fois avec la possibilité de transposer ce qu’ils ont appris avec le cheval dans leur vie courante.

Cela repose sur :

-          une posture très définie du praticien,  

-          des exercices ciblés

-          des techniques de questionnements très précises.

 

Est-ce de la thérapie ou du coaching ?

 

Le paysage de la thérapie et du bien-être sont en train de changer. Aujourd’hui, les personnes recherchent des solutions à court ou moyen terme pour aller mieux.

De ce fait, il existe un continuum entre le développement personnel ( secteur en plein essor) et la psychothérapie, et, si certains professionnels resteront seuls habilités à parler de « psychothérapie » et à pouvoir gérer les grandes souffrances psychiques (psychiatres, psychologues, psychothérapeutes), de nouveaux métiers émergent, on parle de « coach de vie », de  « praticien relationnel », on assiste à un rapprochement entre la thérapie et le développement personnel. De nombreuses personnes se reconvertissent vers les métiers de l’accompagnement au sens large, et rencontrent leur public, ce qui montre bien qu’il y a un besoin différent, d’un accompagnement « plus humain  et moins sanitaire ».

Cette diversité n’est pas une menace par les professionnels de santé, dont je fais partie, mais est une complémentarité de services que l’on peut proposer aux personnes.

La thérapie brève se situe juste au carrefour de ces pratiques, réconciliant la thérapie (pour la profondeur du travail, et l’apaisement de la souffrance qu’elle procure) et le coaching (pour l’ancrage dans le présent et les objectifs réalistes et concrets pour la personne qui en bénéficie).

Les thérapies Brèves se développent en France, à l’instar de tous les nouveaux métiers qui se créent, même si il n’existe pour l’instant aucun diplôme d’état garantissant ces pratiques. (Certains Diplômes Universitaires sont créés dans des universités mais leur valeur reste propre à une université et la reconnaissance n’en est pas toujours garantie.)

Il est logique que la médiation équine puisse de même évoluer, et, si elle permet un véritable travail de type psychothérapeutique, elle permet aussi une approche axée sur le coaching, et il est donc logique de parler de Thérapie Brève avec le Cheval, puisqu’elle se prête parfaitement aux différentes « profondeurs » de l’accompagnement.

 

En quoi votre formation est différente des autres formations en médiation équine ?

 

En France, l’enseignement de la médiation équine restait encore très « élitiste », la plupart des écoles exigeant des critères d’admissibilité peu réalistes et peu en lien avec le cœur de métier (galop 6 ou 7 en pratique de l’équitation, bac +3 en sanitaire et/ou social, plusieurs années d’expérience professionnelle…), plaçant la discipline comme une « spécialisation » pour professions de santé.

En Thérapie Brève on mise sur l’efficacité, le concret, les extraordinaires capacités d’apprentissage du cerveau, on croit profondément dans l’humain, et on responsabilise chacun.

La formation proposée respecte cette philosophie, pas d’infantilisation, pas de critère « à priori », aussi parce que l’on a confiance dans la qualité de notre contenu et dans le véritable chemin personnel que cela permet à nos stagiaires et futurs praticiens.

Chez Ellipsy on accueille le stagiaire « où il en est » et on l’amène jusqu’à une pratique qui lui convient. Nos stagiaires ont des parcours très différents, et c’est ce qui fait aussi la dynamique du groupe, certains viennent du milieu équestre et souhaitent évoluer vers le développement personnel avec le cheval, d’autres sont issus du milieu du soin ou sont déjà thérapeutes. Ils viennent chercher des techniques exclusives, comme l’hypnose adaptée à la médiation équine, ou la très grande variété de protocoles et exercices que nous proposons.

En Thérapie Brève avec le Cheval, ce n’est pas le cheval qui est le thérapeute, mais c’est bien le Praticien, par l’excellence de ses méthodes !

 



[1] « Thérapie Brève avec le Cheval, philosophie, posture et protocoles », Victoria HERRMANI,  édition Librinova, à paraître le 5 novembre 2018

[2] ELLIPSY, organisme de formation en Thérapies et psychologie, enregistré et certifié DATADOCK. www.ellipsy.fr

[3] Thérapie Brève avec le Cheval, marque et savoir-faire déposés à la propriété de Victoria Herrmani, à l’Inventaire National de la Propriété Intellectuelle.