· 

Être Psychopraticien

En quoi consiste le métier de psychopraticien ? Un psychopraticien est, en essence, un professionnel de l’accompagnement et de la prise en charge psychothérapeutique. Il accompagne les personnes qui le consultent dans la gestion de leurs troubles psychiques, psychologiques ou relationnels. Alors, qu’est-ce qui le différencie des autres thérapeutes  professionnels de santé associés ?

Poursuivez votre lecture ! 

psychopraticien-devenir-professionnel

Le statut de psychopraticien : cadre thérapeutique et décret d’application

A l’origine, les psychopraticiens détenaient le statut de psychothérapeutes : le terme en lui-même n’existait pas. Autrement dit, ces deux termes correspondaient au même cadre thérapeutique, mais aussi au même statut juridique. A savoir : des professions de la relation d’aide ne relevant pas d’une formation en psychologie (la psychologie correspondant à une formation universitaire et à un diplôme d’Etat), mais d’une formation de thérapeute ou relevant de la psychothérapie - le psychothérapeute ou psychopraticien était, par définition, un thérapeute formé dans un organisme de formation privé, qu’il s’agisse de sa formation principale ou d’une formation complémentaire.

psychopraticien-carl-rogers

Depuis mai 2010, la loi a changé et le décret d’application correspondant prévoit des heures de formation spécifiques en psychopathologie clinique afin d’obtenir le titre de psychothérapeute - titre qui, par ailleurs, n’est plus accessible qu’à certaines professions : docteurs en médecine, psychiatres, psychanalystes et psychologues. « Ce décret définit en 19 articles les équivalences et le nombre d’heures de formation en psychopathologie clinique, exigées des candidats au titre de psychothérapeute. Des dispenses partielles sont prévues pour les professionnels qui étaient antérieurement mentionnés comme ‘inscrits de droit’. Seuls les psychiatres bénéficient d’une dispense totale ; les psychologues, même cliniciens, n’ont qu’une dispense partielle. Les psychanalystes doivent suivre 100 heures de formation sur les grandes pathologies psychiatriques, 50 heures sur les théories se rapportant à la psychopathologie, 50 heures sur les principales approches utilisées en psychothérapie. » (Figures de la psychanalyse 2011/2, n°22, « La législation sur l’usage du titre de psychothérapeute », Jacques Sédat). Le titre de psychothérapeute est désormais déclaré et contrôlé auprès des agences régionales de santé (ARS).

Alors, quid du psychopraticien ? Il ne s’agit pas d’un titre à proprement parler - en revanche, le terme désigne une activité professionnelle. Puisque cette activité ne rentre pas dans les champs législatifs cités plus haut, En ce sens, l’aide psychologique que le psychopraticien peut apporter, et la manière dont il l’apporte est beaucoup plus vaste, car la profession est non réglementée, et le terme « psychopraticien », libre d’emploi. Autrement dit, son cadre thérapeutique et son champ de compétences sont très libres et adaptables, et donc ouverts à l’expérimentation et la créativité. Cela ne signifie en rien que le psychopraticien est moins compétent, il s’agit juste d’une pratique psychothérapeutique distincte, et bien souvent complémentaire des professions sus-nommées.

Une approche intégrative de prise en charge de la souffrance psychique

Le psychopraticien dispose de savoirs et d’outils du « champ psy », qu’il met à disposition de ses clients afin de leur offrir un accompagnement adapté et un soutien psychologique leur permettant, à terme, d’aller mieux - en fonction de leurs besoins et de leur demande. Il peut s’agir d’une formation initiale comme d’une formation complémentaire.

Être psychopraticien, en tant que professionnel de la thérapie et de l’accompagnement, implique de répondre à certaines qualités théoriques autant que pratiques. Si la profession de psychopraticien ne dispose pas d’un code déontologique officiel au sens légal, comme cela est le cas chez les psychologues (voir le Code de déontologie des psychologues), ce code de déontologie est valable pour tous les thérapeutes, coachs ou praticiens en relation d’aide. La Fédération française de psychothérapie (FF2P) l’a d’ailleurs repris. Parmi les qualités requises, l’on peut mentionner, outre la nécessité d’avoir été préalablement formé (théorie, méthodologie, pratique), le respect du secret professionnel, la nécessité d’être supervisé sur sa pratique et le suivi d’une thérapie individuelle.

psychopraticien-techniques

Parce que le métier de psychopraticien est, nous l’avons vu, libre d’emploi, l’on peut retrouver une très grande variété de profils et de compétences, du fait de la diversité des formations existantes, des plus généralistes aux plus spécifiques, avec des programmes plus ou moins denses, et dont l’éthique comme la qualité de l’enseignement varient d’un organisme à l’autre. Ainsi existe-t-il des cursus de formation généralistes, orientés en psychopratique ou en psychothérapie, comme des cursus de formation spécialisés, c’est-à-dire formant à des outils, approches ou méthodologies particuliers et bien souvent complémentaires, à l’instar des approches dites humanistes et centrées sur la personne, de la psychosynsthèse, des TCC, de la gestalt-thérapie ou encore de l’analyse transactionnelle.

Chez Ellipsy, nous avons fait le choix d’élaborer un parcours de formation qualifiant offrant ces deux approches : généraliste, pour garantir l’apport d’un « savoir psy » et en psychopathologie , ainsi que l’apprentissage de ce qu’est une bonne posture de praticien, le cadre thérapeutique et l’alliance thérapeutique ; spécialisée, parce ce que notre parcours de psychopraticien inclut de nombreux outils issus des thérapies brèves - d’où l’appellation de Psychopraticien en thérapies brèves : nous nous assurons que nos futurs thérapeutes et praticiens aient un maximum de cordes à leur arc pour s’adapter à leur public et leur offrir un accompagnement ouvert, créatif et de qualité. Chaque thérapeute formé et qualifié chez Ellipsy est un thérapeute spécialisé - en effet, ils bénéficient d’un enseignement dense et pointu en hypnose Ericksonnienne ou Elmanienne, en programmation neuro-linguistique (PNL), en systémie ou encore en Eye Impact® (thérapie par mouvements oculaires, notamment basée sur les principes de l’EMDR mais développé par Victoria Herrmani pour Ellipsy). Quelques-uns des nombreux modules de formation inclus dans notre parcours de Psychopraticien en thérapies brèves… Découvrez le programme détaillé de la formation.

psychopraticien-résumé

ines-serizier-ellipsy

Au sujet de l'auteur :

 

Après un cursus en classes préparatoires littéraires (Hypokhâgne/Khâgne) et un Master II en Études médiévales, Inès Sérizier commence sa carrière en maison d’édition au Luxembourg. Elle poursuit ensuite dans ce secteur comme free-lance, tour à tour en tant que rédactrice, traductrice ou correctrice, ce qui lui permet de continuer à voyager (Australie, Tasmanie, Irlande). Désormais installée en Normandie, elle est aussi psychopraticienne en thérapies brèves et formatrice chez Ellipsy.


Écrire commentaire

Commentaires: 0